Métier de commercialisation du vin et spiritueux

points bordeaux

Introduction

Elzéar présente la première partie de cette enquête, menée auprès de 363
collaborateurs de la filière viti-vinicole réparties sur quatre métiers de
commercialisation :

  • Responsable œnotourisme : 99 profils étudiés
  • Chef de marque (Brand ambassador) : 100 profils étudiés
  • Responsable export : 71 profils étudiés
  • Responsable commercial : 93 profils étudiés

L’ampleur de l’échantillon (offre une grande diversité de profils en termes
d’expériences et de qualifications, ce qui permet de dégager de grandes tendances
significatives.
Nous avons opté pour une certaine richesse des données, en ajoutant aux aspects
quantitatifs habituellement retenus pour les études de rémunération (salaire,
ancienneté, niveau d’études) des données qualitatives qui permettent d’affiner les
profils moyens décrits par cette enquête.
Pour les fonctions commerciales, nous avons retenu comme critères structurants les
données suivantes :

    Salaire brut annuel en K€
  • Ancienneté en années
  • Pratique des langues étrangères
  • Expérience Grand Cru
  • Taille de l’entreprise (CA > ou < 20 M€)

Nous présentons ci-dessous les données moyennes pour chacun des quatre métiers.

Métier Salaire* Ancienneté* Niveau d’études* Exp.Grand Cru** CA > 20
M€***
Resp. œnotourisme 37 K€ 6 ans Bac + 3 37 % 36 %
Chef de marque 42 K€ 6 ans Bac + 4 24 % 68 %
Resp. export 56 K€ 7 ans Bac + 4 34 % 61 %
Resp. commercial 66 K€ 10 ans Bac + 4 44 % 60 %

* Moyenne de l’échantillon
** Pourcentage des personnes ayant une expérience Grand Cru
*** Pourcentage des personnes

travaillant dans une entreprise avec un CA > 20 M€.

Faits saillants

Les écarts sur le salaire moyen font apparaître une progression non-linéaire dans
l’échelle hiérarchique. Le bond le plus significatif se situe entre la fonction de chef de
marque et celle de responsable export :

  • Ecart entre responsable œnotourisme et chef de marque : + 14 %
  • Ecart entre chef de marque et responsable export : + 33 %
  • Ecart entre responsable export et responsable commercial : + 17 %

Le niveau d’ancienneté moyen est sensiblement équivalent pour les trois premières
fonctions et présente un saut quantitatif pour la fonction de responsable commercial.

Le niveau d’études moyen est plus faible pour la fonction de responsable
œnotourisme : Bac + 3 contre Bac + 4 pour les trois autres fonctions.

La présence dans une entreprise avec un CA > 20 M€ est plus faible chez les
responsables œnotourisme et largement majoritaire dans les trois autres fonctions.

Globalement, la présence dans une entreprise au CA > 20 M€ constitue un critère
différenciant en termes de rémunération, davantage que le critère d’expérience Grand
cru, lequel joue un rôle plus déterminant dans les métiers techniques. Cependant,
lorsque cette expérience Grands Crus est présente, elle constitue tout de même une
valeur ajoutée. Ainsi, les personnes qui conjuguent une expérience Grand cru et la
présence dans une entreprise au CA > 20 M€ constituent un « profil super-qualitatif ».

Pratique des langues étrangères
Métier Anglais 2e langue 3 langue & plus
Responsable œnotourisme 100% 46% 11%
Chef de marque 100% 43% 14%
Responsable export 100% 58% 17%
Responsable commercial 98% 59% 9%

L’ensemble des métiers de commercialisation présentent un niveau élevé de
qualification dans la pratique des langues étrangères. Quasiment tous les
collaborateurs commerciaux parlent l’Anglais et environ la moitié d’entre eux pratique
une seconde langue étrangère.

Contactez-nous